L'apparence extérieure du Prophète

La beauté physique du Prophète
La prestance du Prophète
L'apparence extérieure du Prophète
Le sceau de la prophétie du Prophète
La chevelure du Prophète
L'aspect de la chevelure et de la barbe du Prophète
La tenue vestimentaire du Prophète
Les vêtements de sortie du Prophète
L'anneau et le sceau du Prophète
La démarche du Prophète
La façon dont le Prophète s'asseyait
La façon de parler du Prophète
La douce odeur du Prophète
Les mets favoris du Prophète
Les boissons favorites du Prophète
Ce que le Prophète a dit sur l'eau
Quelques traits du Prophète

Les chapitres précédents nous ont fourni d'innombrables exemples illustrant la moralité exceptionnelle du Prophète (pbsl), ainsi que le montre le Coran, une morale digne d'être érigée en exemple pour l'humanité toute entière. Nous avons eu l'occasion d'apprécier les différentes facettes de sa personnalité juste, compatissante, miséricordieuse, pacifique, conciliante, douce, patiente, pieuse, modeste et déterminée.

Tout comme les versets du Coran, les témoignages des compagnons du Prophète qui nous sont parvenus contiennent de nombreuses informations au sujet du Prophète. De nombreux détails, tels que ceux relatifs à ses relations avec sa famille et les croyants, les détails de sa vie quotidienne, à son apparence physique, les sentiments de respect qu'il inspirait à tous ceux qui le voyaient, la nourriture qu'il appréciait, ses vêtements, son sourire, sont regroupés par les savants islamiques sous le terme “apparence extérieure” (shamail). Ce terme implique des idées comme “caractère, tempérament, comportement, attitude” Même s'il avait au départ une acceptation beaucoup plus large, sa signification s'est précisée avec le temps pour ne plus désigner que les détails relatifs à la vie du Prophètes et à sa personnalité.

Chaque détail du caractère et des manières de ce serviteur élu de Dieu, qu'Il a favorisé au-dessus de tous les êtres, reflète sa moralité supérieure. L'objectif de ce chapitre est d'examiner ces détails qui nous sont parvenus et de nous en inspirer dans la vie de tous les jours.

La beauté physique du Prophète

Les compagnons du Prophète nous ont transmis de nombreux détails à son sujet, depuis la beauté de son apparence extérieure, son rayonnement et son charisme qui éblouissaient ceux qui le voyaient, jusqu'à son sourire et maintes autres facettes de sa personne qui reflétaient ce que Dieu avait manifesté en lui. Nombreux sont ceux qui nous ont donné des témoignages détaillés sur sa beauté car ces Musulmans contemporains du Prophète avaient à cœur de restituer ses différents aspects. Certains l'ont fait en termes assez généraux, tandis que d'autres nous ont fourni des tableaux très précis, comme nous allons le voir.

La prestance du Prophète

Ses compagnons on décrit la beauté du Prophète en ces termes:

Le Prophète avait une très belle constitution. Certains comparaient l'éclat de sa beauté à celle de la pleine lune… Son nez était fin… Son visage était calme… Sa barbe était épaisse… Sa nuque était la plus belle qu'on ait vue… Quand les rayons du soleil tombaient sur sa nuque, elle ressemblait à une coupe d'argent mêlé à de l'or... L'espace entre ses deux épaules était large.67
 
Anas bin Malik dit:

Le Messager de Dieu n'était pas excessivement grand ni petit. Il n'était ni brun ni pâle. Ses cheveux n'étaient ni raides ni boucles. Dieu lui confia la prophétie à l'âge de quarante ans. Il resta dix ans à la Mecque, et dix ans à Médine, et Dieu le Tout Puissant le fit mourir à soixante ans. Il n'y avait pas vingt poils blancs dans sa barbe ou ses cheveux, que Dieu le bénisse et lui accorde le salut.68 

Voici un texte dans lequel Ali décrit la beauté physique et morale et la perfection du Prophète, ainsi que l'amour et le respect
que les gens lui portaient

Rasulullah était d'une propreté méticuleuse et d'une grande beauté.69 

Anas bin Malik dit:

Le Prophète n'était ni grand ni petit. Il était beau. Ses cheveux n'étaient ni fins ni frisés. Son teint n'était ni très pâle, ni brun.70 
Baraa bin Aazib rapporte:

Je n'ai jamais vu personne de plus beau que Rasullullah. Ses cheveux tombaient sur ses épaules. L'espace entre celles-ci était large. Il n'était pas très grand, mais pas petit non plus.71 

Ibrahim b. Mohammad, l'un des petits fils d'Ali, nous rapporte ceci:

Quand Ali décrivait le Prophète il disait:

Il n'était ni très grand ni très petit, mais c'était un home de taille moyenne. Ses cheveux n'étaient pas vraiment raides ni bouclés mais avec une texture médiane. Son teint était rosé, et il avait de grands yeux bordés de longs cils. Il avait des articulations et les épaules saillantes… Entre ses épaules se trouvait le sceau de la prophétie. Il avait une poitrine plus fine que tout autre, était plus sincère dans ses propos que n'importe qui, il avait la meilleure nature et la meilleure lignée... Ceux qui le voyaient étaient frappés de stupeur et ceux qui le fréquentaient l'aimaient. Ceux qui l'ont décrit ont dit qu'ils n'ont jamais vu son semblable, ni avant, ni après.72

Hassan dit:

Il avait de grandes qualités, et les autres le tenaient en haute estime. Sa face bénie était telle la pleine lune. Il était un peu plus grand qu'un homme de taille moyenne, sans être d'une taille élevée. Ses cheveux étaient légèrement bouclés. S'ils se séparaient naturellement au milieu, il les laissait ainsi, mais sinon il ne prenait pas la peine généralement de les diviser au milieu… Rasulullah avait un teint très lumineux et un front très large. Ses sourcils étaient fournis mais leurs poils étaient fins… ... Sa nuque était belle et fine comme celle d'une statue, sa couleur était belle et lumineuse comme l'argent. Toutes les parties de son corps avaient une taille convenable. Son corps formait un ensemble harmonieux…73 

Abou Houraira le décrit ainsi:

Le teint de Rasulullah était blanc, un peu rosé. Ses yeux étaient très noirs et ses cils longs.74 

Son front était large et l'espace qui séparait ses sourcils était aussi brillant que l'argent pur et ses prunelles étaient d'un noir teinté de rouge. Ces cils étaient fournis… Quand il souriait ou riait, ses dents brillaient de mille feux. Il avait de très belles lèvres… Sa barbe était épaisse. Son cou aussi était très beau, ni trop long, ni trop court. Quand les rayons du soleil tombaient dessus, on aurait dit une coupe d'argent mêlée d'or. Sa poitrine était large. Elle était semblable à un miroir et blanche comme la lune… Ses épaules étaient larges et ses paumes douces comme la laine.75 

 

Prélève de leurs biens une sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis, et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Dieu est Audiant et Omniscient. (Sourate at-Tawba: 103)

 

Oum Ma'bad, qui était connue pour sa générosité, sa droiture et son courage, reçut la visite du Prophète durant son émigration de la Mecque vers Médine, mais elle ne le reconnut pas. Cependant, quand elle le décrivit à son mari, il n'eut aucun mal à le reconnaître d'après ce portrait:

Il se dégageait de lui un éclat plein de pureté et il avait une contenance imposante. Ses manières étaient raffinées… Il avait de très beaux yeux… Ses cheveux d'un noir brillant étaient légèrement frisés et il les portait longs. Sa voix était celle d'un chef. Sa tête était bien proportionnée et son cou fin. Il avait une expression sublime et pensive, marquée par la sérénité et la contemplation. L'étranger était d'abord frappé par la distance qui le séparait de lui mais dès qu'il se familiarisait avec lui, cette fascination se muait en affection et respect. Il s'exprimait de façon douce et distinguée. Son discours était toujours bien agencé et exempt de mots superflus, tel un collier de perles. Il était d'une stature moyenne, ni trop grande, ni trop petite. Il avait un éclat et une fraîcheur étonnante. Il était toujours entouré de ses compagnons. Chaque fois qu'il prononçait un mot, l'assistance l'écoutait avec une attention soutenue, et chaque fois qu'il donnait un ordre, tous rivalisaient de vitesse pour l'exécuter. C'était un chef et un leader.76 

Comme nous pouvons le voir d'après le témoignage de ceux qui l'ont connu, le Prophète était d'une extraordinaire beauté, son corps était bien proportionné et son visage était d'une finesse à couper le souffle. Il avait aussi une constitution athlétique et vigoureuse.

L'apparence extérieure du Prophète

Ahmet Cevdet Pacha, éminent savant de la période ottomane, écrivit un essai où il répertoria les différentes descriptions relatives à l'apparence du Prophète. Cet essai se trouve dans la quatrième partie des Qisas al-Anbiya (histoires des Prophètes) sous le titre “Quelques traits de Mohammad”:

Le bien-aimé avait une belle apparence, ses membres avaient une taille parfaite, son corps était bien proportionné, son front, son buste et la distance entre ses épaules étaient larges. Son cou était fin et pur comme l'argent, ses épaules, biceps et mollets étaient solides, ses poignets étaient longs ainsi que ses doigts, il avait une peau plus douce que la soie.

Sa tête était bien proportionnée, ses sourcils incurvés, son nez était long et son visage ovale.

Ses cils étaient longs, ses yeux d'un beau noir, l'espace qui séparait ses sourcils était dégagé et net, même si ces sourcils étaient rapprochés.

Le Prophète élu était un être lumineux. En d'autres termes, il était ni pâle ni brun, mais avait un teint médian semblable à celui d'une rose rouge, clair et limpide, et son visage rayonnait. Ses dents avaient la blancheur des perles et ses incisives dégageaient une lumière quand il parlait. Lorsqu'il riait, on aurait dit que sa bouche émettait les rayons d'une douce lueur…

Ses sens étaient très développés. Il pouvait entendre à grande distance et avait une meilleure vue que les autres. Son corps était unique par sa perfection… Quiconque le voyait s'attachait à lui et quiconque lui parlait ressentait aussitôt de l'amour pour lui dans son âme et dans son cœur. Les sages le respectaient ainsi qu'il convenait à leur rang. Il honorait ses proches mais ne leur donnait pas la préséance sur ceux qui en étaient plus dignes.

Il traitait ses serviteurs avec bonté et leur donnait de tout ce qu'il mangeait ou portait.

Il était généreux, bienfaisant, compatissant, miséricordieux, brave et plein de douceur. Il tenait toujours parole. Pour résumer, son excellente moralité, et l'acuité de ses facultés de raisonnement étaient supérieures à celles des autres et dignes d'éloge.
Dans sa nourriture et son habillement il se contentait du minimum et s'abstenait de tout excès.77 

Un texte dans lequel Ali décrit la moralité excellente du Prophète, sa beauté stupéfiante et la perfection de son comportement.

Le sceau de la prophétie du Prophète

Dieu a donné la préséance au Prophète Mohammad sur tous les êtres et l'a désigné comme étant “l'ultime sceau des Prophètes” (Sourate al-Ahzab: 40). Aucun prophète ne lui succèdera et le Coran sera la dernière révélation divine envoyée pour guider les hommes sur le droit chemin. Dieu a manifesté cette particularité propre au Prophète par une marque présente sur son corps.

Dans le corpus islamique et la tradition orale, ce signe situé entre les deux épaules du Prophète est connu sous le nom de “sceau de la prophétie”; Wahb bin Munebbih rapporte que les autres prophètes possédait eux aussi des marques de ce type mais que celle du Prophète était différente:

Dieu n'a jamais envoyé un prophète qui ne possédait pas le sceau de la prophétie sur sa main droite. Le Prophète Mohammad fut la seule exception à cette règle. Son sceau de la prophétie ne se trouvait pas sur sa main droite mais entre ses épaules. Quand nous lui posâmes la question, le Prophète dit: “Cette marque entre mes épaules est comme la marque des prophètes avant moi.”…78 

Jaabir bin Samourah raconte:

J'ai vu le sceau de la prophétie de Rasullullah entre ses épaules, sa taille était celle d'un oeuf de pigeon.79

Ibrahim bin Mohammad, un des petits-fils d'Ali, rapporte:

Chaque fois qu'Ali décrivait les nobles traits de Rasulullah, il disait:

“Le sceau de la prophétie se situait entre ses épaules. Il était le dernier des prophètes.”80 

Abou Nadrah dit:

J'ai questionné Abou Sa'id Khoudari à propos du sceau de la prophétie de Rasulullah. Il m'a répondu: “C'était une protubérance qui se trouvait sur le dos de Rasulullah.”81 

L'espace entre ses épaules était large et à cet emplacement se trouvait une marque, appelée le sceau de la prophétie qui était un peu décalée vers l'épaule droite.82 

Un autre témoignage nous est parvenu de Assib bin Yazid:

J'ai vu le sceau entre ses épaules.83 

La chevelure du Prophète

Nous disposons de différentes descriptions concernant la longueur des cheveux du Prophète. Il est normal qu'il y ait des divergences entre ces versions puisqu'elles se réfèrent à des époques différentes où ses cheveux étaient plus ou moins longs. Néanmoins nous pouvons conclure de ces témoignages, que les cheveux du Prophète lui arrivaient toujours au moins jusqu'au lobe de l'oreille, et ne tombaient jamais plus bas que ses épaules.

Anas bin Malik nous dit:

Les cheveux de Rasulullah atteignaient la moitié de ses oreilles.84 

Aïcha rapporte:

La chevelure de Rasulullah dépassait le lobe de ses oreilles mais n'atteignait pas ses épaules.85 

Baraa bin Aazib dit:

Rasulullah était d'une taille moyenne et l'espace entre ses épaules était large. Ses cheveux atteignaient le lobe de ses oreilles.86 

Oum Haani, la fille d'Abou Taalib en a fait la description suivante:

Rasulullah revint à la Mecque après l'hijrah (l'émigration). Sa chevelure était divisée en quatre tresses.87 

 

L'aspect de la chevelure et de la barbe du Prophète

Le Prophète attachait une grande importance à la propreté, aussi prenait-il grand soin de ses cheveux et de sa barbe. Certaines sources nous rapportent qu'il avait toujours avec lui un peigne, un miroir, un miswak (une sorte de brosse à dents naturelle), un cure-dent, une paire de ciseaux et un flacon de kuhl.88 Le Prophète conseillait à ses compagnons d'en faire autant et disait: “Celui qui a une chevelure doit l'honorer.”89 Voici quelques témoignages se rapportant à sa barbe et sa chevelure:

Hassan a dit:

Il avait une barbe dense et épaisse.90

Anas bin Malik rapporte:

Sayyidina Rasulullah oignait souvent sa tête d'huile…91 

Simak bin Harb rapporte:

On questionna un jour Jaabir bin Samurah sur les cheveux blancs de Rasulullah. Il répondit: “Quand Rasulullah oignait sa chevelure, ils (ses cheveux blancs) n'apparaissaient pas, en revanche quand il ne l'oignait pas, on les voyait.”92 

Le Prophète donnait ainsi le bon exemple aux croyants en leur montrant l'importance qu'il accordait à l'apparence et à la propreté. Un témoignage nous montre quelle était la position du Prophète sur cette question:

Un jour, comme le Prophète avait l'intention de se rendre auprès de ses compagnons, il mit son turban et arrangea sa chevelure… Il dit ensuite: “Oui, Dieu aime que Son serviteur s'apprête pour rencontrer ses amis et frères.”93 

La tenue vestimentaire du Prophète

Ses compagnons nous ont transmis un grand nombre d'informations sur la tenue vestimentaire du Prophète. Outre ces détails, les conseils que le Prophète donnait aux croyants sur leur habillement révèlent l'importance qu'il accordait à ce sujet. Nous lisons par exemple dans un hadith:

Quiconque a ne serait-ce qu'un atome d'orgueil dans le cœur n'entrera pas au paradis. Un homme lui demanda: “Qu'en est-il s'il aime que ses vêtements et son apparence soient soignés?” (C'est-à-dire: sera-ce compté comme de l'orgueil?) Le Prophète répondit: “Dieu est beau et aime la beauté. L'orgueil consiste à nier la vérité et à mépriser les autres.”94 

Il considérait que prendre soin de son apparence était une bonne façon de montrer les bienfaits qu'on avait reçus de Dieu:

Dieu aime à voir le reflet de Ses bienfaits sur Ses créatures.95 

Jundub ibn Makith a dit:

Chaque fois qu'une délégation venait voir le Messager de Dieu, il revêtait ses plus beaux vêtements et enjoignait à ses principaux compagnons d'en faire autant. J'ai vu le Prophète le jour où la délégation de Kindah vint le voir; il portait un habit du Yémen, Abou Bakr et ‘Umar étaient vêtus pareillement.96 

Un autre hadith dit:

Mangez ce que vous voulez et portez ce que vous voulez, pourvu que vous absteniez de deux choses: l'extravagance et la vanité.97 

Le Prophète faisait immédiatement la leçon à ceux de ses compagnons qui trahissaient quelques signes de négligence dans leur apparence. ‘Ata ‘ibn Yassar nous conte cette anecdote:

Le Messager de Dieu était à la mosquée quand un homme aux cheveux décoiffés et à la barbe hirsute y entra. Le Prophète lui fit un signe pour lui signifier qu'il devait arranger sa chevelure et sa barbe. L'homme partit s'exécuter. Quand il revint, le Prophète dit: “Cela ne vaut-il pas mieux que de sortir les cheveux hirsutes?”98 

D'après le hadith rapporté par l'un de ses compagnons, le Prophète leur recommandait d'arborer une apparence soignée quand ils devaient rencontrer leurs frères en Dieu:

Vous allez rendre visite à vos frères, alors réparez vos selles et faites attention à votre tenue afin que vous soyez des joyaux parmi les gens, car Dieu n'aime pas la laideur.99

Voici des témoignages donnés par des intimes du Prophète quant à sa tenue vestimentaire:

‘Umar raconte:

J'ai vu le Messager de Dieu demander un nouveau vêtement. Il le mit, et quand il atteignit ses genoux, il dit: “Louanges à Dieu qui m'a donné des vêtements pour me couvrir et me donner une belle apparence dans ce monde.”100 

Oum Salama rapporte:

Le saint Prophète avait une prédilection pour la kurta (longue tunique).101 

Qurrah bin Ilyaas raconte:

Je vins avec une délégation de la tribu de Mouzinah pour prêter allégeance à Rasulullah. La boucle de Rasulullah était ouverte.102 

Al-Bara' ibn ‘Azib déclare:

Je n'ai jamais vu un homme ayant les cheveux longs et portant un vêtement rouge qui soit plus beau que Rasullullah. Ses cheveux atteignaient ses épaules.103 

Un autre témoignage, venant de Fazl ibn Abbas:

Le saint Prophète dit: “Portez des vêtements blancs, c'est la meilleure parure.”104 

Aïcha rapporte que:

L'apôtre de Dieu sortit un matin vêtu d'un manteau fait de laine noire orné de selles de chameau.105 

 

 

Les vêtements de sortie du Prophète

Ubayd bin Khaalid rapporte:

Je me rendais à Médine quand j'entendis quelqu'un derrière moi me dire: “Porte ton lungi (vêtement ample) plus haut pour te préserver des impuretés physiques et spirituelles.” (Le lungi restera propre et ne traînera pas par terre). Quand je me retournai, je vis que c'était Rasulullah.106

Salamah bin Akwa nous informe que:

Uthmaan portait son lungi jusqu'à hauteur du tibia et disait: “C'est ainsi que mon maître Rasulullah portait son lungi.”107

L'anneau et le sceau du Prophète

Le sceau du Prophète se trouve
au Palais Topkapi.

Anas bin Malik a dit:

Rasulullah avait une bague d'argent et son chaton était aussi d'argent.108

Quand le Prophète voulut écrire aux chefs d'État étrangers, il ordonna la fabrication d'une bague munie d'un sceau.

Rasullullah avait donc fait faire une bague, et je me souviens encore de sa blancheur.109

L'inscription gravée sur la bague de Rasulullah était “Mohammad Rasulullah”. ‘Mohammad se trouvait sur la première ligne, “Rasul” sur la seconde et “Dieu” sur la troisième.110 

La démarche du Prophète

Abou Houraira rapporte:

Je n'ai jamais vu personne de plus beau que Rasulullah. On aurait dit que l'éclat du soleil resplendissait sur son visage. Je n'ai jamais vu personne marcher plus vite que lui, on aurait dit que la terre se pliait pour lui. Un moment il se trouvait là et l'instant d'après, là-bas. Il nous était difficile de ne pas perdre haleine quand nous marchions avec lui, et pourtant il marchait à sa vitesse.111 

Un des petits-fils d'Ali, Ibrahim bin Mohammad, dit que le Prophète avait une démarche pleine d'aisance:

Quand Ali décrivait Rasulullah, il disait: “Lorsqu'il marchait, du fait de la rapidité et de la vigueur de ses jambes, on aurait dit qu'il dévalait une pente.”112 

Hassan nous décrit comment:  

Lorsqu'il marchait, il levait sa jambe avec énergie, prenait appui sur l'autre, puis posait doucement son pied un peu plus loin. Il marchait vite et à grandes enjambées. Quand il marchait, on aurait cru qu'il descendait une pente. Quand il regardait quelque chose il se tournait complètement vers cet objet. Il regardait toujours vers le bas. Son regard fixait plus souvent la terre que les cieux. Il avait l'habitude de regarder les choses en y jetant un léger coup d'œil. Il saluait toujours en premier ceux qu'il rencontrait.113

Peinture nommée Lilium Auratum. 1871

La façon dont le Prophète s'asseyait

Qaylah bint Makhramah rapporte:

J'ai vu Rasulullah dans la mosquée assis dans une humble posture. Mais il inspirait tant de déférence que je me suis mise à frissonner.114 

Jaabir bin Samurah dit:

J'ai vu Rasulullah s'appuyer sur un coussin qui se trouvait à sa gauche.115 


Et qui est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Dieu, alors
qu'il est appelé à l'Islam? Et Dieu ne guide pas les gens injustes.
(Sourate as-Saff: 7)

La façon de parler du Prophète

Le Prophète était connu pour ses propos sages, concis et efficaces. Ses discours avaient un puissant impact sur les gens et tout le monde prenait plaisir à s'entretenir avec lui. Un certain nombre de témoignages laissés par ses compagnons nous confirment cette réalité. En voici quelques exemples:

Le Prophète était le plus grand des Arabes par ses dons oratoires et la beauté de son discours. Il disait d'ailleurs: “Je suis le meilleur orateur parmi les Arabes.”116 

La Nubie et l'Égypte (à gauche) et la Mosquée de Sultan Hassan
(à droite) par David Roberts

Aïcha nous décrit ainsi la façon de parler du Prophète:

Le débit de parole de Rasulullah n'était pas aussi rapide et continu que le vôtre. Il parlait distinctement, mot après mot.117 

Ils disaient: “Le Messager de Dieu parlait peu mais ses quelques paroles suffisaient à tout exprimer. Ses propos ne souffraient pas d'enflure ni de concision excessive Les mots se succédaient tels des perles et quiconque les entendait les gravait dans sa mémoire. Il était le plus doux du monde avec ses compagnons. Il gardait fréquemment le silence et ne parlait jamais sans nécessité. Il s'abstenait de toute parole mauvaise et tout ce qu'il disait était juste.”118

Il n'utilisait pas de langage fleuri…119 

… Ses compagnons ne se disputaient jamais devant lui.120 

Il souriait souvent à ses compagnons…121 

Aïcha dit aussi:

Il parlait de façon à bien espacer ses mots, pour que l'assistance puisse bien les graver dans sa mémoire.122 

Abdoullah bin Haarith rapporte:

Je n'ai jamais vu personne plus capable de donner de l'entrain aux gens que Rasulullah.123 

Anas bin Malik nous raconte:

Rasulullah avait l'habitude de se mêler à nous et de plaisanter.124 

La douce odeur du Prophète

Le Prophète, nous l'avons vu, était très soucieux de son hygiène. Il exhalait toujours une odeur agréable de fraîcheur et propreté et recommandait aux croyants de l'imiter. Les compagnons nous ont donné des informations détaillées sur ce point.

Jaabir bin Samura déclare:

Chaque fois que le Prophète empruntait un chemin, celui qui passait après lui savait toujours que le Prophète était passé par là car on reconnaissait le parfum qui émanait de son corps.125

Anas bin Malik s'est exprimé semblablement:

Je n'ai jamais vu de brocart, ni de soie pure ni rien d'autre qui fut plus doux que la paume de Rasulullah. Je n'ai non plus jamais senti un musc ou quelque autre parfum qui fut plus doux que le parfum de Rasullullah.126 

Anas bin Malik (r.a) rapporte:

Je n'ai jamais senti d'ambre ni de musc plus odorant que le parfum du corps du Messager de Dieu et je n'ai jamais touché de brocart ni de soie aussi douce que le corps du Messager de Dieu.127 

Dans les Qisas al-Anbiya, le Prophète est ainsi décrit:

Son corps était d'une propreté éclatante et son odeur très agréable. Qu'il use ou non de parfum, sa peau exhalait toujours une douce odeur. Si quelqu'un lui serrait la main ou conversait avec lui, il gardait cette odeur toute la journée et lorsqu'il posait sa main bénie sur la tête d'un enfant, cet enfant se distinguait de tous les autres par ce parfum.128

Les mets favoris du Prophète

Il avait l'habitude de ne pas consommer de nourriture chaude.129 

La viande était son mets de prédilection.130 

Le saint Prophète, entre tous les aliments préférait la citrouille.131 

Il aimait la chair des oiseaux tués à la chasse.132 

Il préférait les dattes sèches à toute autre sorte de dattes.133 

Aïcha nous a aussi informés des mets que le Prophète appréciait:

Rasulullah aimait le halva et le miel.134  

Parmi les mets, il aimait la viande de mouton, le bouillon,les citrouilles, les sucreries, le miel, les dattes, le lait, la crème, les melons, les raisins et les concombres. Il aimait aussi l'eau fraîche.135

Elle ajoute:

Rasulullah mangeait de la pastèque avec des dattes fraîches.136 

Il ne critiquait jamais la nourriture. Il avait pour habitude de manger ce qu'il aimait et de laisser ce qu'il aimait moins.137 

Rasulullah aimait la chair de l'épaule.138 

Voici ce que le Prophète a dit au sujet de certains aliments:

Quel savoureux condiment que le vinaigre.139 

Le Prophète a dit que les champignons sont bons pour les yeux et pour la paralysie.140  

Les maladies peuvent être soignées par trois types de remèdes, l'un d'eux est le miel.141

Utilisez l'huile d'olive comme aliment et onction car elle provident d'un arbre béni.142 

Les boissons favorites du Prophète

Aïcha nous dit que:

Rasulullah préférait entre toutesles boissons sucrées et froides.143 

On préparait avec des raisins secs du Nabiz pour le Prophète et on y ajoutait des dattes, ou bien on le préparait avec des dattes et on y rajoutait des raisins.144

Pour le Messager de Dieu, la meilleure boisson était celle qui était sucrée et fraîche.145 

Le saint Prophète a dit: “En dehors du lait, rien ne réunit les avantages du lait et de l'eau.”146  

Voilà ce que le Prophète disait au sujet du lait:

Lorsque l'un de vous mange, il doit dire: “Ô Dieu, bénis cela pour nous et donne-nous une nourriture meilleure que celle-ci.” Quand on lui donne du lait, il doit dire: “Ô Dieu, bénis cela pour nous et donne-nous en davantage car nulle nourriture ni boisson n'est meilleure que le lait.”147 

Ce que le Prophète a dit sur l'eau

Le Prophète veillait attentivement à ce que l'on distribue de l'eau, notamment lors des voyages. Pendant l'un d'eux, par exemple, il fit une halte et demanda de l'eau à l'un de ceux qui l'entouraient. Après s'être lavé les mains et le visage, il but de l'eau et dit à ses compagnons: “Versez un peu de cette eau sur vos visages et vos poitrines.”148 

Après avoir bu de l'eau, il priait:

Louange à Dieu qui a créé cette eau douce et délicieuse par Sa grâce et ne l'a faite ni salée ni insipide.149 

À une autre occasion, le Prophète a dit:

L'eau a été créée pure, et rien ne la rend impure hormis ce qui en altère la couleur, le goût et l'odeur.150 

Quelques traits du Prophète

L'Imam Ghazali, surnommé “Houjjatoul Islam”, a collecté et rassemblé quelques-uns des traits sublimes du Prophète répertoriés par de grands savants islamiques tels que Tirmidhi, Tabarani, Mouslim, Imam Ahmad, Abou Dawoud et Ibn Maja:

Le Prophète était le plus patient des hommes, le plus brave d'entre eux, le meilleur juge et celui qui pardonnait le plus... il était l'homme le plus charitable de tous. Il ne passait jamais une nuit en ayant avec lui un dinar ou un dirham. Chaque fois qu'il recevait de l'argent, et ne trouvait personne qui l'acceptât en aumône, il refusait de rentrer à la maison tant qu'il ne l'avait pas distribué aux pauvres et nécessiteux. Il ne stockait jamais pour plus d'un an les provisions nécessaires à sa famille que Dieu avait bien voulu lui donner. Il avait pour habitude de prendre un cinquième des dattes et de la farine qui lui parvenaient. Le surplus, il le donnait en aumône. Il faisait la charité à qui le suppliait, même s'il s'agissait de ses réserves.

Il ne se vengeait jamais pour des raisons personnelles mais seulement lorsqu'il s'agissait de préserver les droits de Dieu. Il disait toujours la vérité même si cela pouvait être une source d'ennuis pour lui ou ses compagnons.

Il était très modeste, dépourvu de tout orgueil, et il était éloquent sans recourir à l'enflure.

Il avait une belle constitution et ne se laissait jamais accaparer par des obligations terrestres.

Il faisait de longs trajets pour rendre visite aux malades, appréciait les parfums et détestait les mauvaises odeurs. Il s'asseyait avec les pauvres et les déshérités, honorait les notables, leur conseillait d'être bienfaisants et bons envers leur famille. Il ne traitait personne avec rudesse et acceptait les excuses qu'on lui présentait.

Il considérait le sport et les jeux comme licites, jouait avec ses femmes et faisait la course avec elles. Il ne détestait pas les pauvres pour leur dénuement ni ne craignait les rois pour leur puissance. Il invitait tout le monde, les grandes comme les petites gens, à se tourner vers Dieu. Dieu l'avait pourvu de toutes les plus belles qualités possibles.

Aux moments où le Coran lui était révélé il souriait beaucoup. Quand quelque chose arrivait, il s'en remettait à Dieu et lui adressait cette invocation: “Ô Dieu, montre-moi la vérité d'une façon vraie ou fais-moi la grâce d'y renoncer. Tu guides sur le droit chemin qui Tu veux.” Dieu lui révéla le Coran et à travers ce Livre lui enseigna de nobles manières.151 

67. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol. II, p.251
68. Malik, Muwatta, vol. 49, no 1
69. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 17
70. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol. II, p.250
71. Tirmidhi
72. Tirmidhi, no 1524
73. Tirmidhi
74. Tirmidhi
75. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,Volume II, p.251
76. Shaykh Safi ur-Rahmân al-Mubarakpoori, “Les Attributs et Manières du Prophète” dans “Le Nectar cacheté “, Islam's Youth Voice
77. Ahmed Cevdet Pasa, Qisas al-Anbiya, (Stories of the Prophets) Volume I, Kanaaat Press, Istanbul 1331, p. 364-365
78. Tirmidhi
79. Tirmidhi
80. Tirmidhi
81. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 31
82. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses),  Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol. II, p.251
83. Sahih Boukhari, vol.V, p. 613
84. Tirmidhi
85. Tirmidhi
86. Tirmidhi
87. Tirmidhi
88. Islam and Christianity, The Superior Morality and Habits of Hadrat mohammad (Islam et Christianisme, la morale et les habitudes du Prophète mohammad)
www.hizmetbooks.org/Islam-andChristianity/10.htm
89. Sunan Abou Dawoud, livre 33, no 4151
90. Tirmidhi
91. Tirmidhi
92. Tirmidhi
93. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol. III, p.268
94. Sahih Mouslim
95. Tafsir Ibn Kathir, 2ème partie, abrégé par Sheikh mohammad Nasib Ar- Rifai, Al-Firdous ltd., Londres, p.42
96. Tabaqat Hadith, vol. 4, no 346
97. Maulana mohammad Manzoor No'mani, Ma'ariful Hadith, (Signification et message des Traditions), Darul - Ishaat Publications, Karachi, vol. III, 1652/287
98. Malik, Muwatta, Kitab al-sha'r, bab islah al-sha'r, vol. 2, no 949
99. Sunan Abou Dawoud, vol. 4, no 83
100. Al-Targhib wa'l-Tarhib, vol 3, no 93
101. Tirmidhi, Shamail-e-Tirmizi, Kitab Bhavan Publication, New Delhi, 1997, p.47 
102. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 61.
103. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 11
104. Tirmidhi, Shamail-e-Tirmizi, Kitab Bhavan Publication, New Delhi, 1997, p.55
105. Sahih Mouslim, vol 3, p.412
106. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 115
107. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 115.
108. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p.80
109. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 81
110. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 81
111. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 118
112. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 118
113. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 15
114. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 122
115. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 126
116. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), vol. II, p.240
117. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 209
118. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses),  Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol.II, p.241
119. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol. II, p.241
120. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol. II, p.241
121. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol.II, p.241
122. Maulana mohammad Manzoor No'mani, Ma'ariful Hadith, (Significations et message desTraditions), Darul - Ishaat Publications, Karachi, vol. 4, p.335
123. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 223
124. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 224
125. Fazlul Maulana, Al Hadis, vol. 4, p. 340
126. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 362
127. Sahih Boukhari, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2002, vol. 4, p. 56
128. Ahmed Cevdet Pasa, Qisas al-Anbiya, (Histoire des Prophètes) vol.4, Kanaat Press, Istanbul 1331, pp.364-365
129. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol. II, p.242
130. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol. II, p.242
131. Tirmidhi, Shamail-e-Tirmizi, Kitab Bhavan Publication, New Delhi, 1997, p.137
132. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, voI.II, p.242
133. Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,vol.II, p.242
134. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 160
135. Islam and Christianity, The Superior Morality and Habits of Hadrat Mohammad, ( Islam et Christianisme, La morale supérieure et les habitudes du Prophète mohammad) http://www.hizmetbooks.org/ Islam_and_Christianity/10.htm
136. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 188
137. Imam Ghazali's Ihya Ulum-Id-Din (The Book of Religious Learnings), Islamic Book Service, New Delhi, 2001,VolumeII, p.243
138. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 163
139. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 155
140. Food and Nutrition in Islam, (nourriture et alimentation en islam)  www.stuymsa.org/origMSAarticles.htm
141.http://www.ourdialogue.com/m25.htm
142. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 158
143. Shamaa-il Tirmidhi, Islamic Book Service Publications, New Delhi, 2000, p. 19
144. Maulana mohammad Manzoor No'mani, Ma'ariful Hadith, (Meaning and Message of the Traditions), Darul - Ishaat Publications, Karachi,Volume III, p. 505
145. Mishkat-ul-Masabih with Arabic Text by Maulana Fazlul Karim, p. 149
146. Tirmidhi, Shamail-e-Tirmizi, Kitab Bhavan Publication, New Delhi, 1997, p.167
147. Sunan Abou Dawoud Hadith
148. Sahih Boukhari Hadith
149.http://www.universalunity.net/quran4/035.qmt.html
150. Imam Ghazali's Ihya Ulum-Id-Din (The Book of Religious Learnings, Volume I, p.138
151. Imam Ghazali's Ihya ulum-id-din, Volume 2, pp. 237-241

L'Auteur - Les autres sites de Harun Yahya - Contact - Inscription

Le Saint Coran - Aidez-nous - Livres - Articles - Videos
IMPACT HARUN YAHYA
- PHRASES CHOISIES

Ce site est basé sur les travaux de Harun Yahya, un des intellectuels Musulmans les plus en vue de notre temps. www.harunyahya.fr